Connaisseur

 

Concepts approfondis de O.S.

QUELQUES PRINCIPES DE BASE

Introduction

-Un outil
-Une technique
-Un raisonnement:


1- Les lois des systèmes
2- Applications au corps humain.
3- Le système sous l’angle structure/fonction.
4- Applications thérapeutiques
5- Système fonctionnel
6- Conclusion

 

Introduction

-Un outil : la main

-Une technique : structurelle

-Un raisonnement : basé sur la compréhension des lois des systèmes appliquées au corps humain

 

1- les lois des systèmes

Définition: Un système est un ensemble d’éléments en interaction dynamique, organisés en fonction d’un but.

1- Interaction: action de A sur B et de B sur A
2- Globalité: qualité émergente d’un tout que ne possèdent pas les parties.
3- Organisation: arrangement des éléments entre eux pour permettre l’émergence d’une fonction. Une autre organisation des éléments amènerait une modification de la fonction. Absence d’organisation amène le chaos (entropie).
4- Complexité: qualité inhérente à la composition même du système, au nombre et aux caractéristiques de ses éléments et surtout de ses liaisons. Provient de l’incertitude et des aléas propre à cet environnement.

 

2- Applications au corps humain.

Le fonctionnement du corps humain, et, en corollaire, les différentes techniques médicales, peut être présenté schématiquement sous 3 aspects :


1- La biomécanique qui l’explique par l’ajustement incessant de la forme des organes et des tissus qui les composent. C’est dans ce domaine que s’exprime l’ostéopathie structurelle en restaurant la capacité élastique et dynamique des tissus, lors de « lésions » réversibles tissulaires (lésion ostéopathique), tandis que la chirurgie répare et remplace les organes lors de lésions irréversible (usures, cassures…). On définit aussi l’ostéopathie comme Chirurgie non instrumentale.


2- La biochimie qui décrit les réactions chimiques au niveau des cellules qui composent les tissus. Le sang nourrit et débarrassent les cellules des déchets. L’allopathie, partie de la médecine, administre des médicaments, par information moléculaire, pour contrer les troubles de fonctionnement de l’organisme ou encore pour améliorer l’immunité. L’homéopathie informe l’organisme à un niveau plus subtil pour l’aider à se défendre.


3- L’entité psycho-émotionnelle . Les techniques comportementales et psychiques, concernant son dysfonctionnement sont multiples (sophrologie, hypnose, PNL, psychanalyse, etc.).


Ces 3 systèmes interagissent, le dysfonctionnement de l’un retentissant sur les autres.

 

Le corps humain est un système en interaction avec son environnement.
Globalité:Il est formé de sous-systèmes dont émerge la vie, fonction qu’aucun des sous-systèmes pris indépendamment serait capable de créer.
L’organisation de ces sous-systèmes entre eux sous la forme que nous connaissons définit une fonction qui serait différente si la forme de l’ensemble était différente.
Le nombre de ses éléments et de ses interactions en font sa complexité.

Il peut être réfléchi comme un système dont les buts sont :
- La survie de l’individu
- La survie de l’espèce (la reproduction)

Il est formé de sous-systèmes dont chacun est organisé pour un même but:

Par exemple:
- Système digestif: formé d’organes dont la fonction est l’assimilation des aliments et l’excrétion des déchets.
- Système locomoteur: formés d’éléments dont le but est la vie de relation.

Le corps humain est sollicité par des variables d’entrées venant du milieu extérieur, son environnement, et s’exprime par des variables de sortie qui modifient cet environnement.

 

 

 Diagramme Principes

3- le système sous l’angle structure/fonction.

Un système présente une structure:
- qui est formée d’éléments
- qui communiquent entre eux par des réseaux
- qui est cernée par une frontière qui la délimite
- et qui utilise une énergie stockée dans des réservoirs.

Un système peut être décrit selon son aspect fonctionnel:
- des flux d’énergie, d’information
 -des boucles de rétroaction
- des centres de décision qui transforment les informations en action
- des délais de réponse qui permettent les ajustements nécessaires au système pour réaliser sa fonction.

 

4- Applications thérapeutiques

L’approche systémique nous rappelle que la fonction émane de la structure et que la dysfonction naît de la dystructure.
Si la dysfonction est évidente, car c’est la plainte de notre patient, la dystructure doit être envisagée sous un angle systémique afin de bien la cerner.

Il nous reviendra donc :
- d’étudier la structure qui souffre
- d’étudier le type de dystructure qu’elle porte
- d’étudier le phénomène qui a engendré cette dystructure
- d’étudier les structures associées dans le même niveau de complexité et qu’il convient d’étudier pour comprendre et traiter la dysfonction
- d’étudier les relations avec les niveaux de complexité différents et qui peuvent intervenir dans la genèse de la plainte.
- de mettre en évidence les hypo sollicitations et de donner des conseils d’hygiène de vie pour les éviter.

La plainte du patient est une modification de la fonction accompagnée ou non de douleurs et d’inflammation, selon le type de phénomène déclenchant.
Cette plainte nous amène à une structure à investiguer.
Mais quel type d’atteinte porte cette structure?

Quelques rappels de base…

 

5- Système fonctionnel

Cette structure fait partie d’un ensemble fonctionnel, d’un système fonctionnel, composé de plusieurs éléments:
- membres inférieur et complexe lombo-pelvi-fémoral pour la marche
- membre supérieur et colonne cervico-dorsale pour la préhension
- rachis et côtes pour la mobilité du tronc
Etc.

La plainte sur l'une des structures d’un système fonctionnel nous amène donc à investiguer cette structure et les autres éléments en rapport avec elle, qui se partageant donc la même fonction.

Participent à ce système fonctionnel:
- les structures en rapport mécanique avec la structure siège de la plainte.
- le système de commande neurologique qui véhicule les informations supérieures et réflexes
- le système végétatif orthosympathique responsable de la régulation de l’apport sanguin.
- le système parasympathique pour les systèmes viscéraux.

Exemple 1:
la cheville forme un système avec:
Le genou et le complexe lombo-pelvi-fémoral pour la mécanique.
L5 S1 pour la commande neurologique motrice et les voies sensitives( dermatome, myotome et sclérotome).
D8 L2, et chaîne ganglionnaire latéro vertébrale pour la commande orthosympathique, donc la régulation vasculaire.

Exemple 2:
L’estomac est inclus dans un système fonctionnel comprenant:
Œsophage, duodénum, diaphragme, fascias antérieurs du tronc pour la mécanique.
La zone D5-D9 pour la commande orthosympathique.
Le TDP et CO-C1 pour la régulation parasympathique.

Exemple 3:
les sinus frontaux font partie d’un ensemble fonctionnel comprenant:
l’os frontal, l’ethmoïde, le sphénoïde, pour la mécanique.
Le Gg sphénopalatin, pour la régulation para et ortho locale.
C0-C1 pour la régulation neuro-vasculaire orthosympathique extra crânienne.

Nous pourrons intégrer la cheville dans un système de chaînes mécaniques.
- Montante
- Descendante: Mécanique « suspendue », chaînes musculaires, fasciales…

Pour revenir à l’exemple de la cheville :
Nous pourrons analyser le système cheville par rapport aux systèmes qui le dominent. Variables de régulation supra systémiques :
Maladie de l’appareil locomoteur: PR, PSR
Maladie circulatoire: Insuffisance cardiaque droite, artérite…
Maladie neurologique centrale, périphérique: neuropathies diabétiques
Maladies métaboliques: goutte

Sans oublier qu’on a le droit de se faire mal en se tordant la cheville, tout en ayant une PR, un terrain acide, et une ICD.
C’est bien le type de phénomène déclenchant ou son absence, chez un patient présentant un « terrain » particulier qui nous fera intervenir différemment.

Enfin, la réintégration du niveau de complexité physique dans une globalité supérieure peut nous amener à orienter notre patient vers un thérapeute en charge d’un autre niveau de complexité.

 

6-Conclusion

Après avoir identifié les causes, mis en évidence leurs effets, et avoir traité celles accessibles au test de résistance et donc à notre traitement, nous devrons sensibiliser notre patient sur l’importance de son hygiène de vie pour éviter la récidive.

En dehors des accidents, ou des informations dépassant notre PVA, l’apparition des pathologies est en rapport avec les constantes de notre vie quotidienne, par excès ou par défaut, et nous devons en avoir conscience et en faire prendre conscience à nos patients.

Nous pouvons décider de vivre avec ses constantes et en accepter les conséquences, soit essayer de vivre en balayant au maximum l'éventail de nos potentialités.

L’important restera toujours de vivre en conscience de ce que nous sommes et de ce que nous faisons.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Place de O.S. parmi les thérapies manuelles et les ostéopathies

On appelle «  médecine manuelle » toute médecine dont l’outil est la main.

Les vertébrothérapeutes, les rebouteux, les médecins de médecine traditionnelle chinoise, les ostéopathes, les chiropraticiens, les étiopathes ont chacun développé une modélisation leur permettant d’expliquer les maux dont souffrent leurs patients.

Certains pensent que le trouble est un bloquage, d’autres un déplacement, d’autres encore une sub-luxation alors que certains invoquent un dérangement mineur.

Mais toutes les modélisations définissent une barrière ou une lésion qui empêche le patient de recouvrer la santé.

C’est l’image de cette barrière qui détermine le geste spécifique qui, lui-même, permettra d’obtenir la disparition de celle-ci.

Nous, les ostéopathes structurels, pensons que la lésion est inscrite dans le tissu conjonctif, et que, par son influence sur le système locomoteur, le système nerveux et le système circulatoire, elle est la barrière qui perturbe la santé de leurs patients.

L’action thérapeutique sur cette lésion, lorsqu’elle est encore réversible est le geste manipulatif.

Liste retro chronologique des publications de diplômés ou d’enseignants

Ouvrages, parmi les plus récents, rédigés par d’anciens enseignants ou d’anciens étudiants de l’école de Genève

Liste établie d’après les archives qui ont été remises en 2003 à l’actuelle administration.
Veuillez signaler tout oubli ou toute erreur à l’administration.

2017 Gilles BOUDEHEN Soins de la femme enceinte en ostéopathie structurelle / Edit. Sully

2015 J.-P. MOUREAU A Mains Nues/ éditions du Seuil.

2014 Alain GEHIN Technique ostéopathique d’absorption des hernies discales lombaires / Edit. Sauramps Médical

2013 Jean-François TERRAMORSI Concept structurel, Lésion structurée, concepts structurants / Edit. Eolienne-Gepro

2013 Gilles BOUDEHEN Protocole de soins du bébé et de l’enfant / Edit. Sully

2011 Gilles BOUDEHEN Ostéopathie crânienne structurelle / Edit. Sully

2010 Alain GEHIN Concept de tenségrité en ostéopathie / Edit. Sauramps

2008 Alain BERTON et Claude Annick JERMINI-THARIN Ostéopathie crânienne / Techniques et protocoles de traitement / Edit. Elsevier-Masson

2005 Alain GEHIN Technique ostéopathique crânienne, biomécanique, pathomécanique et diagnostic manuel / Edit. Masson

2000 Alain GEHIN Techniques manipulatives des os du crâne et de la face / Edit. De Verlaque

1983 Michel ALTIERI Biomécanique et pathologie crânienne en étiopathie – Editions Etiosciences S.A. - Genève,

1987 Gérald LAPERTOSA Quelle Médecine, La Médecine Manipulative/ éditions Etiosciences SA, Genève

1991 Jean-François GAUTIER Logique et pensée médicale - Précis d'étiopathie. Edition Avenir des Sciences, Paris

1991 R. LUCQUIN et E. TOULOTTE La lésion articulaire étiopathique - - Précis d'étiopathie. Edition Avenir des Sciences, Paris

1992 Jean-François GAUTIER Le syndrome cervico-néphro-viscéral - Précis d'étiopathie. Edition Avenir des Sciences, Paris

1993 Evelyne TOULOTTE Algies des membres inférieurs - Précis d'étiopathie. Edition Avenir des Sciences, Paris

1994 Jean-François GAUTIER Le système circulatoire, les coeurs périphériques/ édition Avenir des Sciences, Paris

1981 Charles H. AEMMER Manuel des techniques mécanistes du système locomoteur périphérique / Edit.Etiosciences S.A.

1981 Charles H. AEMMER, Ch. TREDANIEL et A. J.BOUCHET Atlas des techniques mécanistes en étiopathie Volume 3 – système articulaire vertébral (techniques occipitales, cervicales, cervico-thoraciques, thoraciques, thoraco-lombaires) / édition Avenir des sciences, Paris

1981 Charles H. AEMMER, Ch.TREDANIEL et A. J. BOUCHET Atlas des techniques mécanistes en étiopathie Volume 4 - système articulaire vertébral (techniqzes lombaires, lombo-sacrées, sacrées. Iliaques, pubiennes, coccygiennes, techniques costales et sternales) / édition Avenir des sciences, Paris

1979 Christian TREDANIEL Principes fondamentaux pour une médecine étiopathique Edit. de la Maisnie 

1979 Christian TREDANIEL Atlas des techniques mécanistes en étiopathie
Volume 1 - Systèmes organique et circulatoire / Editions de la Maisnie 

1979 Christian TREDANIEL Atlas des techniques mécanistes en étiopathie 
Volume 2 - Systèmes cutané, musculaire, ligamentaire et aponévrotique / Editions de la Maisnie

 

Cassettes vidéo

Terramorsi J.F. Techniques manipulatives:

Tome 1 Membres inférieurs,
Tome 2 Membres supérieurs,
Tomes 3,4,5,7,8 Colonne vertébrale,
Tome 6 Abdomen

Total: 18 heures

- Production Gepro S.A. – Suisse

 

Gehin A. Manipulations crâniennes:

Tomes 1 et 2.

Total: 6 heures

- Production Gepro S.A. – Suisse

 

Historique de l'ostéopathie structurelle en Suisse

A. Histoire de l'Ecole d'Ostéopathie-Genève

 

Fondation

En 1967, sept ostéopathes venus d’horizons divers fondent le Collège d’Ostéopathie Européen (COE).

Pionniers à une époque où les poursuites envers les ostéopathes pour exercice illégal de la médecine ne sont pas rares (en particulier en France), ils commencent la longue expérience pédagogique et technique qui amènera, en 40 ans, la formation de plusieurs centaines de professionnels.

Leur vision de l’ostéopathie reste au plus près d’une intervention sur les structures anatomiques et physiologiques comme l’est l’ostéopathie fondatrice de Andrew Taylor STILL, enrichie des apports des rebouteux européens, entre autres de Thure Brandt le maître suédois, et enfin de techniques de manipulation issues de la chiropraxie.

Nouvelle appellation

A partir de 1971, l’utilisation de la théorie générale des systèmes pour développer un modèle d’interprétation des symptômes, et par ailleurs le constat que l’ostéopathie en Europe se développe en représentant des modèles techniques et théoriques très disparates, amènent le COE à se renommer autour :

L’école prend le nom de Centre d’Etiopathie Européen puis Collège d’Etiopathie Européen (CEE).

Formation

Durant trente ans, les 5 années de formation -alternant pratique en cabinet et 42 jours annuels de stages intensifs au contact des enseignants du collège- ont forgé des praticiens aptes à promouvoir la médecine ostéopathique et ses valeurs auprès du public, dans un contexte général d’indifférence, voire l’hostilité d’une partie du corps médical

Apports

Durant cette période

  • L'école a acquis l’excellence dans l’apprentissage technique de la manipulation structurelle.
  • L’école a référencé un panel de techniques validées pour leur efficacité et leur innocuité.
  • L’école a confirmé la valeur du modèle « fondamental » à travers l’étude de plusieurs milliers de cas de patients.

Enfin les nombreuses publications de ses enseignants et de ses diplômés montrent son importance dans le développement de l’ostéopathie en Europe.

Evolution

A la fin du millénaire, le processus de reconnaissance de l’ostéopathie en France et en Suisse légitime un nouveau changement d’appellation pour permettre une bonne insertion professionnelle aux diplômés et défendre la pratique d’une ostéopathie structurelle. Le Collège d’Etiopathie Européen devient l’Ecole d’Ostéopathie de Genève en 1999.

Forme actuelle

En Suisse, dès 2008, la disparition progressive de toutes les écoles privées d’ostéopathie, au profit d’une formation unique en Haute Ecole Spécialisée à Fribourg, nécessite la conversion de l’école d'ostéopathie - Genève vers la formation continue. Cette transition assurera la transmission des 40 ans d’expérience en ostéopathie structurelle associée au raisonnement étiopathique et permettra aux patients et aux ostéopathes de profiter des excellents résultats de cette pratique.

 

B. Histoire des institutions d’ostéopathie structurelle en Suisse

L’association « OSTEOPATHIE STRUCTURELLE – O.S. » est l’aboutissement actuel d’une aventure qui débute sur le continent européen dans les années soixante. Quelques thérapeutes manuels, après s’être trouvés et regroupés autour du Dr André de SAMBUCY à Paris, décident de créer une structure d’enseignement. Forts de leurs expériences et de leur concept commun innovant, ils fondent à Genève en 1967 le Collège d’Ostéopathie Européen (COE). Cependant, témoins de la divergence des positions conceptuelles qui émergent à cette époque concernant l’ostéopathie, ils prennent la décision de changer d’appellation pour préciser leur identité et signifier leur démarche originale. Le vocable « Etiopathie » est donc créé et, en 1973, l’école prend le nom de Centre d’Etiopathie Européen (CEE). « Etiopathie », tiré des racines grecques etio (aïtia) et pathos, c’est-à-dire cause et souffrance, signifie ainsi qu’il est primordial, avant tout, de s’occuper des causes (probables, directes et objectivables) et non des phénomènes (symptômes). Ainsi l’Etiopathie, avec son modèle systémique, donne le ton d’une ostéopathie renouvelée, organisée et rigoureuse, permettant, au-delà de la pratique de la médecine manipulative, d’étudier le comportement des structures vivantes et de proposer théoriquement des solutions aux troubles présentés par celles-ci.

En 1990, d’anciens étudiants de l’école devenus enseignants reprennent l’école en créant une association à but non lucratif nommée AÏTIA.

En 1999, l’école adopte le nom d’Ecole d’Ostéopathie - Genève (EOG) et, en 2008, elle cesse ses activités dans la formation de base pour se consacrer à la formation continue sous le nom EOG-Formation continue, dépendant toujours de l’association Aïtia.

En 2011, les membres du comité veulent développer l’association pour en faire un organisme rassembleur des ostéopathes « structurels », mais se rendent compte que le vocable Aïtia n’est finalement pas porteur.Ils conviennent de la transformer. Ils proposent des modifications de statuts, un nouveau nom et, surtout, ils invitent les professionnels ayant une même sensibilité et une même pratique – ou même quiconque intéressé par ce mouvement - à les rejoindre.

En novembre 2011 a lieu l’assemblée générale qui confirme l’intérêt pressenti et voit l’association croître de manière significative . Ainsi le vocable choisi, « Mouvement d’Ostéopathie Structurelle – M.O.S. » démontre bien, non seulement l’esprit dynamique, mais encore l’image réelle des objectifs : promouvoir l’ostéopathie structurelle, encourager la formation et rassembler les ostéopathes et les étiopathes qui fonctionnent selon une modélisation commune.

En 2016, lors de l’Assemblée Générale, les membres acceptent la proposition du comité de modifier le nom de l’association et de fusionner les structures MOS et EOG ; ainsi naît « Ostéopathie Structurelle (O.S.) ».